Kubra KHADEMI

Née en 1989 en Afghanistan, Kubra Khademi étudie l’art à l’Université de Kaboul puis à l’université de Beaconhouse à Lahore, au Pakistan. C’est là qu’elle commence à créer des performances publiques qu’elle continue à son retour à Kaboul. En février 2015, pour protester contre une société patriarcale qui soumet les femmes et les livre à un harcèlement continuel, elle réalise un rêve de petite fille : se protéger en transformant ses sous-vêtements en carapace. Elle fabrique une armure qui moule ses seins et ses fesses et performe ainsi vêtue dans la grande avenue de Kaboul (L’Armure, 2015). La performance dure huit minutes : la violence de la réaction que lui oppose d'abord la foule puis le gouvernement la pousse à l'exil.

Son arrivée en France ne ternit pas l'engagement de son travail. Dans ses performances ou ses gouaches, Kubra Khademi met son corps à contribution pour affirmer une féminité délivrée de toute honte et redonner aux femmes  une place dans les grands mythes de la création du monde, dans l’histoire et jusque dans l’environnement urbain (Bonhommes piétons, 2016).

Décorée de l’ordre des Arts et des Lettres et titulaire de la bourse de université Panthéon-Sorbonne, Kubra Khademi poursuit des études en théorie de l’art et bénéficie de nombreuses bourses et résidences en France, au Brésil, en Suisse ou aux Pays-Bas. En 2019 elle a exposé au MUCEM, aux Révélations Emerige, à Büdelsdorf en Allemagne et au festival Désirs, Désirsde Tours.

http://latitudescontemporaines.com/production/kubra-khademi/

http://www.kubrakhademi.org

Born in 1989 in Afghanistan, Kubra Khademi studied art at the University of Kabul and at Beaconhouse University in Lahore, Pakistan. There she began to give public performances, which she continued after her return to Kabul. In February 2015, she fulfilled one of her childhood dreams in protest against patriarchal societies that constantly repress and harass women: she turned her underwear into a protective shell. She fashioned a kind of armour that moulded her breasts and buttocks and performed while wearing it in Kabul’s main street (L’Armure, 2015). While the performance lasted only eight minutes, the violent reaction of the onlookers, and subsequently the government, forced her to flee.

After her arrival in France, her commitment remained unabated. In both her performances and her gouaches, Kubra Khademi utilises her body to affirm a shame-free femininity and to seek a new place for women - in the great myths of the creation of the world, in history, and even in the urban environment (Bonhommes piétons, 2016).

A recipient of the Ordre des Arts et des Lettres as well as of a scholarship from the Université Panthéon Sorbonne, Kubra Khademi continues her studies in art theory. She has received many scholarships and has done many artists’ residencies in France, Brazil, Switzerland and the Netherlands. In 2019 she exhibited at the MUCEM, at Révélations Emerige, in Büdelsdorf, Germany, and at the Désirs, Désirs festival in Tours.

http://latitudescontemporaines.com/production/kubra-khademi/

http://www.kubrakhademi.org