top of page
NEGAHDARI Armineh_02.jpg

Armineh NEGAHDARI 

 Née à Téhéran, en Iran, en 1994, l’artiste vit et travaille à Bordeaux. Après une formation aux beaux-arts à l’Université  Al-Zahra de Téhéran, elle quitte l’Iran pour la France où elle obtient son diplôme national supérieur d’expression plastique (DNSEP) à l’École supérieure d’art de Clermont-Ferrand.  

Le travail d’Armineh Negahdari procède d’une pratique d’atelier intensive, incluant une forme d’urgence dans le geste artistique. Avec une pulsion vitale féroce et une grande économie de moyens, elle entremêle fusain, pastel gras et graphite en une folle sarabande. Ses grands dessins sont autant de cris jetés à la face de l’univers, entre fragilité et colère. Elle y représente des personnages puissants et sanguinolents, saillants et effrités, vaporeux et s’élevant vers les cieux. Dans un monde en crise, l’artiste nous oblige à questionner notre humanité, à regarder en face notre part obscure. Par ailleurs, la minéralité de ses œuvres nous déplace dans une temporalité géologique, par-delà les contingences 

de l’Histoire. 

En 2022 elle participe à la 16e édition de Nopoto à Paris, en 2023 à la 28e édition de Première et à d’autres expositions collectives comme à la Pardis Mellat Gallery à Téhéran en 2019 pour la Biennale Damoonfar. En 2024 elle montre deux de ses dessins à la gestuelle ample où « chaque trait est un mot » ainsi que des figurines en terre cuite recouvertes de chiffons de sa série De la terre, dans le cadre de l’expositionDislocations du Palais de Tokyo en partenariat avec l’association Portes ouvertes sur l’art.  

Born in Teheran, Iran, in 1994, the artist lives and works in Bordeaux. After training in the fine arts at Tehran's Al-Zahra University, she left Iran for France, where she obtained her Diplôme National Supérieur d'Expression Plastique (DNSEP) from the École Supérieure d'Art de Clermont-Ferrand.  

Armineh Negahdari's work stems from an intensive studio practice, including a form of urgency in the artistic gesture. With a ferocious vital drive and a great economy of means, she interweaves charcoal, oil pastel and graphite in a mad saraband. Her large-scale drawings are like cries thrown in the face of the universe, between fragility and anger. Her figures are powerful and bloody, protruding and crumbling, vaporous and soaring to the heavens. In a world in crisis, the artist forces us to question our humanity, to face up to our dark side. Moreover, the minerality of his works moves us into a geological temporality, beyond the contingencies of history. 

of history. 

In 2022 she will take part in the 16th edition of Nopoto in Paris, in 2023 in the 28th edition of Première and in other group shows such as the Pardis Mellat Gallery in Teheran in 2019 for the Damoonfar Biennial. In 2024, she will be showing two of her drawings, in which "every stroke is a word", as well as rag-covered terracotta figurines from her De la terre series, as part of the Palais de Tokyo's Dislocations exhibition in partnership with the French art gallery, the Palais de Tokyo. 

bottom of page