Logo Portes Ouvertes ss barre.jpg

Laila MURAYWID

Née à Damas, en Syrie, en 1956, Laila Muraywid décide après son diplôme de l’école des Beaux-Arts de Damas de poursuivre sa formation à l'École nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris où elle vit et travaille depuis 1981.

Son œuvre complexe et multiforme se déploie selon une logique interne, adoptant différents supports, l’ensemble formant un tout. De sa formation initiale de graveur, Laila Muraywid fait une œuvre proche de la sculpture, fabriquant elle-même son papier pour produire des gravures uniques. Ce travail de la matière l’amène à la production de bijoux, créations singulières et précieuses, qui tiennent autant de la parure que de la sculpture. Si elle signe des collections pour de grands couturiers comme Jean-Louis Scherrer, Christian Lacroix ou Torrente, ses pièces, portées devant le visage comme un masque ou sur le corps comme une carapace, sont aussi le point de départ de performances. Le travail photographique qu’elle développe parallèlement à partir 2006 est une approche du corps de la femme qui apparaît par fragment, le visage restant caché le plus souvent. Depuis 2008, ses sculptures en résine, où différents matériaux viennent s’agglomérer (cheveux, résille métallique, tissus, images, verre ), figurent aussi des fragments de corps, posés là comme des morceaux de chair. Hautement dérangeante, la vision d’un corps, sauvagement tronçonné mais aussi délicatement orné, éveille à la fois répulsion et attraction. Les pires barbaries semblent ici s’illustrer autant que l’infinie délicatesse qu’il a à prendre soin, maquiller, envelopper, parer. A la fois martyrisés et chéris, ces morceaux de corps portent des plaies qui évoquent autant la blessure qu’un sexe féminin béant. Les violences faites aux femmes ou les horreurs de la guerre de tous temps prennent ici corps, tout autant que le souci de sublimer, le besoin immémorial et impérieux de créer des objets magiques. Déchiqueté, défiguré, déshumanisé, le corps  violenté se transforme ici en relique, objet précieux que l’on approche avec respect. 

Artiste femme dans un monde toujours dominé par les hommes, Laila Muraywid veut se faire écho de cette oppression millénaire et expose régulièrement en Europe, au Moyen-Orient et à travers le monde. Elle a participé à plusieurs expositions à l’Institut du Monde Arabe à Paris et ses œuvres font partie des collections de grands musées et fondations tels que le British Museum, le Musée Galliera, l'Institut du Monde Arabe, le Musée national des Beaux-arts de Jordanie, la Fondation Al Mansouria, la Fondation Shoman et la Fondation Atassi.