Diala BRISLY

Née en 1980 au Koweit de parents syriens, Diala Brisly grandit à Damas où elle arrive à l’âge de 10 ans. Déjà rebelle au sein de sa famille, elle supporte mal la propagande omniprésente dans les écoles syriennes.  Elle suit des études de littérature arabe et génie civil avant de choisir, à 21 ans, de se consacrer au dessin. Elle travaille alors comme artiste indépendante et en tant qu’illustratrice pour divers magazines (Zeitoun Zeitouna, Neilufar ou Faris) et pour les chaînes Spacetoon et Al Jazeerakids sur des dessins animés. 

Lorsque la Révolution éclate en 2011, Diala Brisly participe activement à l’élan contestataire. Elle signe des affiches sous le nom d’Elvis Brisly et prend part à des actions humanitaires. En 2013, Diala Brisly doit fuir en Turquie d’où elle rejoint le Liban en 2014. Elle décide alors de mettre son art et son énergie au service des enfants des camps de réfugiés syriens. Elle multiplie les fresques, les ateliers artistiques et les livres illustrés à destination de ces enfants non seulement traumatisés par la guerre mais privés d’éducation et d’accompagnement. 

Depuis la France, où elle s’installe en 2016, Diala Brisly poursuit son travail d’artiste et d’activiste, désormais indissociables pour elle. Très engagée, elle met son art au service d’ONG qui défendent notamment le droit des femmes et l’accès à l’éducation des enfants, syriens et palestiniens, vivant dans les camps de réfugiés au Liban. Ses fresques, joyeuses et très colorées, comme ses dessins au crayon de couleur ou à l’encre, restent empreints de poésie et d’espoir, même lorsqu’ils dénoncent la souffrance et l’injustice. Elle réalise également avec des enfants vivants dans des camps de petits films d’animation, bijou de réalisme onirique, leur permettant de raconter leur histoire. Diala Brisly met aussi ses crayons au service d’Amnesty International. Avec l’éditeur italien Around Robin, elle publie des livres pour sensibiliser les écoliers italiens aux conditions de vie des enfants réfugiés dans les camps. En 2020, la situation politique au Liban ne lui permettant pas de s’y rendre, Diala Brisly crée avec les étudiants de master art de l’Espa à Orléans une grande toile, destinée à décorer l’école d’un camp de réfugiés, via l’organisation Zeltschule e.v. basée en Allemagne. Elle anime également en 2020 un atelier dans une prison de jeunes hommes à Catane en Sicile où une fresque a été réalisée collectivement. Installée à Valence, Diala Brisly travaille actuellement à un roman graphique avec le journaliste Bassel Alhamdou. Sorte d’autobiographie documentaire, il traite de son enfance, du système éducatif en Syrie, de la Révolution et de son parcours jusqu’à son arrivée en France en 2016. 

https://www.facebook.com/dialabrisly

Born in 1980 to Syrian parents in Kuwait, Diala Brisly grew up in Damascus, where the family moved when she was 10. Already a bit of a rebel within her family circle, she could not accept the propaganda that was omnipresent in Syrian schools. She studied Arabic literature and civil engineering, and at the age of 21 decided to devote herself to drawing. She was an independent artist and illustrator for several magazines (Zeitoun Zeitouna, Neilufar and Faris) and worked on cartoons for the networks Spacetoon and Al Jazeerakids. 

When the Revolution broke out in 2011, Diala Brisly took an active part in the protest movement, creating posters that she signed  “Elvis Brisly” and participating in humanitarian actions. In 2013 she had to flee to Turkey, travelling on to Lebanon in 2014. She decided to devote her art and energy to helping children in Syrian refugee camps. She created frescoes, organised art workshops, and made illustrated books for the children, who had not only been traumatised by war but were also deprived of an education and of healthy interaction with adults. 

Having moved to France in 2016, Diala Brisly pursues her work as an artist and an activist, the two having become inseparable for her. A committed artist, she works with NGOs to defend women’s rights, and education for the Syrian and Palestinian children living in refugee camps in Lebanon. Her joyful, brightly coloured frescoes and her coloured pencil and ink drawings speak of poetry and hope even as they denounce suffering and injustice. She also makes short animated films with the children in the camps. These films are jewels of dreamlike realism that allow the children to tell their stories. Diala Brisly has also supported Amnesty International through her work. She has published books with the Italian publisher Around Robin that inform Italian children of the living conditions of children in the refugee camps. In 2020, when the political situation in Lebanon made travelling there impossible, Diala Brisly created a large canvas to decorate a school in a refugee camp. Also in 2020, she gave a workshop in a prison for young men in Catania, Sicily, during which they created a group fresco. Having settled in Valence, Diala Brisly is currently working on a graphic novel with journalist Bassel Alhamdou. A sort of a documentary autobiography, it will speak of her childhood, the Syrian educational system, the Revolution, and her life before she arrived in France in 2016.

https://www.facebook.com/dialabrisly