Cité internationale des arts

 Répare Reprise 

Exposition du  1er avril au 10 juillet 2021

« Répare Reprise » présente des oeuvres de Majd Abdel Hamid, Azza Abo Rebieh, Kader Attia, Sammy Baloji, Yacob Bizuneh, Bady Dalloul, Khaled Dawwa,  Kholod Hawash, Katia Kameli, Farah Khelil, Randa Maddah, Sara Ouhaddou, Khalil Rabah, RAMO, Maha Yammine.

 

L’exposition Répare Reprise donne la voix à des artistes provenant du Moyen-Orient ou d’Afrique, qui ont, pour la plupart, connu l’exil. Ils et elles viennent de Syrie, du Liban, de Palestine, d’Irak, d’Iran, du Golan, du Congo RDC, d’Ethiopie, d’Algérie, de Tunisie et de France. L’exposition s’inscrit dans la continuité des missions de l’association Portes ouvertes sur l’art, et dans la nature même du projet de la Cité internationale des arts, lieu d’hospitalité et d’accueil d’artistes internationaux en résidence depuis 1965.

Non pas préoccupés de thématiser la migration ou de présenter un témoignage, les artistes ici réuni.es  tentent plutôt, dans un monde éclaté, de recomposer des imaginaires politiques et de réparer des espaces intimes. Ces espaces se déclinent depuis la maison comme refuge, en détournant objets et pratiques associées au domestique (couture, tissage, broderie), à des communs plus vastes, tels que des fonds d’archives publics patiemment dépouillés et décolonisés, et des cartographies nouvelles pour des territoires meurtris par les guerres. Ils et elles récupèrent et transforment des objets composites, doubles de psychés en reconstruction, évident ou recouvrent des iconographies coloniales tenaces, élèvent des monuments faussement figuratifs à des mémoires tues.

 

Les œuvres récentes ou inédites que rassemble « Répare Reprise » convoquent la sculpture, l’installation vidéo, la peinture, la gravure, les arts textiles et la photographie; elles proposent une traversée autour de la ruine, de la répression et du trauma, pour s’ouvrir sur des détricotages poétiques ou rapiéçages salvateurs de drapeaux, de linge, de journaux, et, dans le champ de l’image en mouvement, sur des paysages aimés réinvestis.

 

Objets vivants, les œuvres de l’exposition souvent appartiennent à des séries en cours perpétuel de production, parce que le geste seul, sans doute, peut circonscrire l’onde de choc, et réparer les récits fauchés comme les images qui, la nuit, reviennent encore.

En raison de la situation sanitaire actuelle, l'exposition est fermée au public (ouverture uniquement aux professionnels).

Nous espérons vous retrouver bientôt !
Pour toutes questions concernant les visites professionnelles, merci d'écrire à portesouvertessurlart@gmail.com

L’exposition s’accompagne d’un cycle de rencontres avec les artistes à la Cité internationale des arts et à travers une diffusion numérique.

Celles-ci seront animées par Nora Philippe, commissaire de l'exposition. Elles seront également rediffusées sur Youtube.  

Première rencontre : Katia Kameli et Sara Ouhaddou 

Mardi 6 avril 2021 à 18h. 

Visionner la rencontre

Deuxième rencontre : Farah Khelil et Maha Yammine 

Mardi 20 avril 2012 à 18h. 

Evénement Facebook

Lien zoom : Cliquer ICI

Troisième rencontre : à venir 

Mardi 4 mai à 18h.

Quatrième rencontre : à venir 

Mardi 18 mai à 18h. 

Lien vers des vidéos entretiens avec les artistes : 

https://www.youtube.com/channel/UC5cjTj8l3IllyqnlJP3kK0w

Dossier de presse