Hura MIRSHEKARI

Mon pays est un pays de légende

C’est le pays du vent, du sable et du soleil

C’est la Région de Sistan et Baloutchistan

Les femmes de ma terre sont belles, gentilles

Intelligentes et sensibles, elles sont stables et fortes

Ils ont mis le feu aux sentiments des filles et des femmes

Ils ont étouffé la voix chaleureuse des mères de ma terre

Ils ont éteint l’amour dans le cœur des femmes.

 

Hura Mirshekari est née en 1985 à Zarand dans la partie iranienne du Baloutchistan, proche de l’Afghanistan. Elle étudie les mathématiques avant de poursuivre sa passion pour la peinture avec les maîtres de l’art iranien de l’université du Sistan-et-Baloutchistan à Zāhedān. Dans un contexte où l’expression artistique des femmes demeure difficile et souvent censurée, Hura Mirshekari signe des œuvres personnelles et revendicatrices, en peinture mais aussi sur scène, à travers le chant et la performance.

Toutes explorent le thème de la femme, de ses aspirations et des limites que lui impose la société. Hura Mirshekari met en jeu son propre corps, dans ses performances et ses films, mais aussi en moulant son visage et ses membres. Elle ose représenter des femmes nues et des visages lascifs découpés dans des magazines et incorporés dans ses peintures aux couleurs vibrantes, jouant sur le rapport entre trompe-l’œil, matière et troisième dimension. Pour Hura Mirshekari, art visuel et poésie sont intrinsèquement liés. Des mots dégoulinent des corps et scandent ses vidéos. Qu’ils soient écrits par elle ou par la grande poétesse perse Forough Farrokhzad, ils célèbrent la libération du corps et de l’esprit de la femme, comme de la terre natale. 

Le travail de Hura Mirshekari suscite rapidement l’intérêt des milieux de l’art en Iran et à l’étranger. Sa toile Regarde-moi est présentée comme une des œuvres majeures du festival Voix de femmes musulmanes, en Californie en 2011. En 2015, son tableau Après la Guerre, est nominé au Festival de la Paix de Téhéran. En 2016, elle fait un séjour à la Cité internationale des Arts à Paris et décide de s’installer en France où elle continue de peindre et de chercher de nouvelles formes d’expression. En janvier 2018, son œuvre Exécution est exposée dans les Vitrines du Ministère de la Culture au Palais Royal. En novembre 2018, un portrait monumental figure dans l’exposition Regarde-moi au Musée de l’histoire de l’immigration. 

http://huramishekari.fr

“My country is a country of legend

It is the country of wind, sand, and sun  

It is the Region of Sistan and Baluchistan

The women of my land are beautiful, kind, 

Intelligent and sensitive, stable and strong

They set fire to the feelings of girls and women 

They smothered the warm voices of the mothers of my land 

They extinguished love in the hearts of women”

 

Hura Mirshekari was born in 1985 in Zarand, in the Iranian part of Baluchistan, near Afghanistan. She initially studied mathematics, then chose to pursue her passion for painting, studying under masters of Iranian art at the University of Sistan-and-Baluchistan in Zāhedān. In a society in which it is still difficult for women to express themselves as artists, and in which they are often censored, Hura Mirshekari creates personal and politically engaged works, both in paintings and onstage, where she sings and performs.

All these works explore the themes of women, their aspirations, and the limits imposed on them by society. Hura Mirshekari uses her own body in her performances and films, and also by making moulds of her face and limbs. She dares to depict naked women and lascivious faces cut from magazines, incorporating them into her vibrantly coloured paintings, and exploring the relationship between trompe-l’œil, materials, and the third dimension. For Hura Mirshekari, the visual arts are intrinsically linked to poetry. Words drip from bodies and punctuate her videos. Whether written by her or by the great Persian poetess Forough Farrokhzad, they glorify the freedom of women’s bodies and minds, and the liberation of her native land. 

Hura Mirshekari’s work quickly aroused interest on the art scene, both in Iran and abroad. Her painting Look at Me was presented as one of the major works at the 2011 Voices of Muslim Women festival in California. In 2015, her painting After War was nominated at the Teheran Art for Peace Festival in 2015. In 2016, she did an artist’s residency at the Paris Cité internationale des Arts and decided to settle in France, where she has continued to paint and search for new means of expression. In January 2018, her work Exécution was exhibited in the windows of the French Ministry of Culture in Palais Royal. In November 2018, a monumental portrait by her was included in the exhibition Regarde-moi at the Musée de l’histoire de l’immigration.

http://huramishekari.fr