Centre Pompidou, Cité internationale des arts, Palais de Tokyo

Programme de projections

Automne 2022

Pour 2022 l’Association Portes Ouvertes sur l’Art propose une programmation de films d’artistes dans différentes institutions parisiennes.

Dans le cadre du cycle Prospectif cinéma au Centre Pompidou le 29 septembre 2022, à la Cité internationale des arts le 8 novembre 2022, et en écho à l’exposition « Shéhérazade, la nuit » au Palais de Tokyo, avec une projection en boucle du 15 décembre 2022 au 8 janvier 2023.

Cette programmation, conçue par Stéphanie Cottin, révèle des artistes nés pour la plupart après la chute du mur de Berlin. Pris dans le flux d’une histoire post-coloniale qui les a conduit à l’exil, ces artistes mettent à distance les clichés médiatiques pour reformuler leurs récits ou ceux de leurs parents, souvent passés sous silence.

Ils filment au plus près du réel, attentifs aux gestes et aux paroles d’un quotidien à la fois minuscule et majuscule. L’intimité qu’ils entretiennent avec leurs sujets fait apparaître la complexité des situations, mais aussi l’humanité et la force de ceux qui ne laissent pas le doute détruire leur rêve.

randa Maddah scarecrow HD.JPG

Scarecrow, 2021

Courtesy Randa Maddah

Les pommes de mon jardin

8 novembre 2022 - 19h-21h, Auditorium 

Cité internationale des arts, site Marais

*Pour info, la plupart des films ne sont sous-titrés qu'en anglais

Cette séance regroupe des films d’artistes habité.es par la nécessité de témoigner d’une réalité plus complexe que celle transmise par le flux de l’actualité et des discours officiels. Ils veulent partager leur mémoire des tragédies dont ils sont les protagonistes et combler le fossé entre leur vision et celle des médias. Dans leurs montages, le son et l’image s’opposent, les images se contredisent, un simple contrechamp bouleverse notre compréhension. Ils s’appuient sur des séquences et des enregistrements sonores qui évoquent le quotidien, l’intime, le corps et ses émotions. Ils se réapproprient leur histoire et leur géographie.

Derrière le portrait d’un ancien héros, un homme violent. Derrière un discours politique, des populations oubliées. Derrière la gloire officielle, des corps maltraités. Derrière le mirage d’un confort moderne, la propagande. Derrière des films de vacances, une famille divisée. Derrière une lettre du quotidien, le bruit des bombes. Derrière un rivage paisible, le souvenir d’un lieu quitté précipitamment. Derrière un alignement de pommiers, la cacophonie d’un conflit sans fin…

La moitié des artistes sont ou ont été en résidence à la Cité internationale des arts.

Randa Maddah, Scarecrow (2021), 2’42

Polina Medvedeva, A Knock From Below Heard At The Bottom (2022), 12’’ 

Hamedine Kane, Déclaration de politique générale (2018), 14’23

Yana Bachinska, My grandfather’s skin (2020), 5’

Karan Shrestha, Hundreds of flowers more (2020), 6’55

Piotr Armianovoski, Planting an Apple Tree (2022), 17’29

Zoya Laktionova, Remember the smell of Mariupol (2022), 4’17 

Diala Al Hindawi, 2 morceaux de mémoire (2022), 12’

 

Projection suivie d’une conversation entre les artistes et Stéphanie Cottin, commissaire d’exposition